Hermann Panzo : l’exploit (02 Août 1981 – Vidéo)

Flash-back. 02 Août 1981. La nuit est tombée sur Berlin-Ouest. Il fait froid. Il pleut. Le vent glacial souffle favorablement pour les sprinters à 2m30/seconde.
C’est bientôt le départ du 100m de ce prestigieux challenge qu’est le Goldensprint.
Tout le gratin mondial du sprint est au rendez-vous. Dans un coin, le grand Hermann Panzo termine son échauffement. Déterminé. Concentré. Wells, le favori, le champion Olympique de Moscou, semble serein. Les Américains Floyd, Philips, Lattany, mâchouillent leur caractéristique chewing-gum en toute décontraction. Le starter rappelle tous les concurrents dans l’habituel « à vos marque ».
Une fois de plus, Hermann est quelque peu resté dans ses blocs, au départ. Wells, quant à lui, s’en est éjecté comme une boule de canon.
Il est en tête après 30m de course. Deux mètres derrière, Panzo se place et la qualité de ses appuis s’avère meilleure.
Commence alors un spectacle étonnant, après 50m de course : Le Français, dans un style très pur et très puissant, revient, centimètre par centimètre, millimètre par millimètre sur les Américains, et se lance à la poursuite d’Allan Wells.
Hermann Panzo est maintenant lancé. Ses membres inférieurs moulinent à une vitesse folle.
Sa foulée s’amplifie. Et dans un dernier rush ultra-puissant, il se jette sur la ligne serrant les dents ; bombant le torse, en même temps que Wells. Des centaines de photographes se précipitent vers Wells, croyant tenir le vainqueur mais une heure plus tard, le bruit court que le vainqueur serait, non pas le Britannique mais le Français, en…10″14 ! Stupéfaction.
Néanmoins, ce résultat sera confirmé, et Panzo est donc bien le vainqueur du Goldensprint.
Le lendemain, c’est la joie dans la presse française. « L’Equipe » titre : « Monsieur Sup’Hermann ».
En une soirée, Panzo a gagné sa place dans l’élite mondiale.
Article du journal l’Equipe Athlétisme de l’envoyé spécial à Berlin Ouest, Philippe Dreyfus
Panzo surprend Wells : 10’14 (v.f.)
Berlin-Ouest. Cette fois, c’est une évidence. Le sprint français détient en Hermann Panzo un sprinter d’envergure mondiale qui va dans les semaines ou dans les mois à venir prendre la succession de Roger Bambuck.
Effectivement, hier soir, sur la nouvelle piste du stade Olympique de Berlin, Herman Panzo a maîtrisé tous ses rivaux et remporté la « Golden sprint ». Comme par miracle la pluie avait cessé juste avant le départ de cette finale qui promettait tellement même si Carl Lewis, légèrement blessé et James Standford étaient absents.
Panzo était au couloir 6 avec, à ses cotés, Lattany au 5, Floyd au 4 et surtout Allan Welles, le champion Olympique au 3.
…. Il entrait définitivement parmi l’élite mondiale. Car c’est effectivement une prouesse qu’il a réussie en devançant les seigneurs du sprint tels que Allan Wells mais aussi Lattany, qu’on avait vu surpuissant à Zurich il y a trois jours et Flyod le petit prodige de l’an passé.
Un petit regret pourtant, le vent était un soupçon trop favorable (2.30/m) pour permettre l’homologation de ce 10’14 officiel qui approchait de 3/100 de seconde le vieux record de France de Roger Bambuck en 1968 à Mexico.
Qu’importe, le champion d’Europe juniors de Donetz en 1977 a saisi une bonne occasion qui se présentait à lui. Il est maintenant l’un des seigneurs du sprint…

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Juin, 2022

Pas d'événement prévu

1848, force abolitionniste. Fresque vivante le 21 mai 2022.

1848, force abolitionniste Sur une mise en scène de M. Hervé Deluge, de l’association « Scènes Populaires de Martinique ». Cette création artistique originale est un regard sur l’histoire, qui s’attache à porter un regard neuf sur les luttes des intellectuels noirs, hommes libres et abolitionnistes. Elle sera jouée par des artistes professionnels de la Compagnie « Île

Lire plus »
X