Le climat de Rivière-Salée

Paysage de Petit-Bourg (Rivière-Salée)

La Martinique sèche

Sous cette appellation figurent les régions sous le vent au nord de Fort-de-France et la partie méridionale de l’île au sud.
Ces régions reçoivent moins de 1 500mm de pluie par an. Rivière-Salée entrerait donc dans cette zone souffrant d’un déficit en précipitations.
Or, le diagramme ombrothermique de Petit-Bourg montre que la commune de Rivière-Salée reçoit plus de 1 800 mm d’eau par an.
Si elle est moins arrosée que le Lamentin (2 000 mm), elle dépasse de loin les Trois-Ilets (1526 mm). Rivière-Salée bénéficie donc d’un climat relativement humide.
Deux courants d’alizé Est-Ouest, empruntent la coulée du Saint-Esprit, coulée d’Or, (entre la montagne du Vauclin et le morne de Bellevue) balayent constamment la commune et la font bénéficier de températures agréables.
Fraîcheur et humidité s’accentuent dans les régions d’altitude comme Desmarinières, Caféière, voire certains mornes qui autrefois ont fixé les maisons de « maître ».

La Flore

Rivière-Salée - Commune de Martinique

Elle a été profondément transformée depuis le début de la colonisation : défrichements, constructions ont fait disparaitre les bois et forêts qui, sans nul doute, occupaient la région. Ils ont été remplacés par des champs de cannes à sucre et une savane piquée de quelques arbres isolés ou de bosquets.

Rivière-Salée est longtemps restée terre d’élevage bovin, un élevage extensif surtout.
Dans les hauteurs subsistent quelques massifs boisés aux essences variées : campêche, bois d’inde, poiriers, acajous, mapou blanc, bambous croissant surtout le long des cours d’eau.
La partie Sud-Ouest de la commune porte une végétation composée d’épineux et de petits baumes liés à la nature du sol (pouzzolane).
Mais la formation végétale la plus importante est la mangrove qui se situe entre la poterie des Trois-Ilets et l’aéroport du Lamentin. Elle n’a pas toujours eu bonne presse car, de tous les éléments constitutifs du littoral, c’est elle qui a toujours semblé le plus repoussant.

Images aériennes de la mangrove - Mairie de Rivière-Salée
Images aériennes de la mangrove – Mairie de Rivière-Salée

 

Pourtant, du point de vue écologique et économique, la mangrove a un rôle considérable sur l’environnement et aujourd’hui les Saléens et les Martiniquais connaissent son importance pour la Martinique.

Comment se présente la mangrove ?

A – Une zone annexe se trouve en amont de la mangrove : c’est le Lagon, milieu essentiellement aquatique, de salinité moyenne 32 à 35% dont la température moyenne est de 25 à 29°.
Les échanges d’eau entre lagon et mangrove se font par des canaux artificiels.

B – Puis une zone de bord de mer à mangle rouge ou palétuvier rouge : c’est une zone constamment en contact avec l’eau et avec le lagon. C’est un milieu peu profond 0,5 mètre à 1 mètre.
Le palétuvier rouge ou Rhizophara peut atteindre 15 mètres de haut. Ses branches sont multiples, inclinées vers l’eau ; ses feuilles sont charnues et coriaces ; ses feuilles racines « échasses » qui s’arc-boutent, contribuent à sa stabilité.
C’est une plante vivipare. Dès que le fruit est arrivé à maturité, il germe littéralement sur pied, la radicule en perce le sommet, s’allonge peu à peu jusqu’à atteindre trente centimètres et forme une véritable fléchette ; celle-ci entrainée par son poids se détache de la capsule de base et s’enfonce verticalement dans la vase environnante après sa chute.

C- Une zone intérieure à mangle blanc : c’est une zone forestière inondé périodiquement. Le mangle blanc ou Avicennia est un arbre qui n’atteint guère que sept ou huit mètres de hauteur. Les branches sont touffues avec des feuilles coriaces.
Les Avicennia ont des racines fasciculées qui pénètrent à peu de profondeur dans la vase, mais le fait le plus curieux est la présence d’une multitude de pneumatophares qui émergent de partout ce sont de véritables racines qui assurent un rôle respiratoire.
Comme la forêt à mangle blanc est très dense, c’est en fait, la surface to.tale du sol qui est hérissée de pneumatophares.

D – L’arrière mangrove.
L’arrière-mangrove est une partie terrestre en général non inondée constituée par une végétation sèche : campêche, olivier, bord de mer, poirier.

La faune

Rôle des mangroves

La mangrove est synonyme de vie, en tant qu’espace boisé, elle assure une fonction chlorophyllienne purificatrice de l’air, elle prévient l’érosion marine et garantit une protection physique de l’espace. Les racines aériennes enchevêtrées retiennent et fixent les alluvions charriées par les crues d’hivernage et comblent petit à petit les terres inondées qui d’année en année gagnent sur la mer et augmentent la surface du sol.

Elle peut avancer de un mètre à huit mètres par an.
La mangrove abrite une faune riche et variée. On y dénombre quatre-vingt-cinq espèces d’oiseaux dont quarante-trois migratrices. Plus d’une soixantaine d’espèces de poisson y trouvent protection et nourriture dans ses eaux riches en matières organiques.

On trouve dans les vases à palétuviers et les racines des mangles rouges des lambis, des crabes, des langoustes, des huîtres, des palourdes.

La mangrove est en quelque sorte le premier maillon de la chaine alimentaire marine.

Elle conditionne l’existence de nombreuses espèces (poissons, crustacés). L’éclosion des œufs de langoustes, citriques…a lieu dans la mangrove.
Les larves y séjournent un certain temps pendant lequel elles subissent plusieurs mues. Les juvéniles migrent ensuite vers le large.
La faune est pauvre en mammifères. Comme animaux sauvages, on rencontre des mangoustes, des manicous et des serpents qui ne colonisent que des secteurs bien précis de la région.

Les oiseaux
Il suffit d’observer les nombreuses voitures stationnées le long de certaines routes de Rivière-Salée, en période de chasse, pour se rendre compte que le territoire de la commune abrite en.core de nos jours une faune variée où l’on retrouve la quasi-totalité des espèces d’oiseaux qui vivent en Martinique.
Point de passage des oiseaux migrateurs, Rivière-Salée est aussi connue pour la richesse de sa faune sédentaire. A l’exception de certaines espèces très spécifiques du Nord de l’île, comme le Siffleur des montagnes, toutes les autres se retrouvent dans les petites plaines ou les hauteurs boisées de la commune.

Nid de Colibri à Rivière-Salée - © photo Pierre Courtinard
Nid de Colibri à Rivière-Salée – © photo Pierre Courtinard

Le plus petit de nos oiseaux est le Colibri qui est le seul à pouvoir butiner sur place. Dans la même famille, on trouve le Madère ou Folle Rouge, les Folles Vertes et les Têtes Bleues.Très proches des Colibris, les Sucriers se distinguent par leur plumage jaune et noir, mais se nourrissent de la même manière sans pour autant en imiter le vol.
Les Pipiris ou Grives d’hivernage, les Gros Becs, les Cicis, les moissons et autres Grives Moqueuses, se rencontrent dans nos savanes où l’on trouve en abondance insectes et graines arbustives.
Plus rare le Gangan dont le chant fait aussitôt penser à la pluie.
Ne dit-on pas que ce parasite qui pond dans les nids abandonnés ne se désaltère que sur les feuilles des arbres après une forte averse ?
Le plus connu de tous est sans aucun doute le Merle ou François dont le mâle au plumage noir rappelle le célèbre corbeau.
On le rencontre partout et surtout aux abords des lieux d’habitation où il dé.couvre facilement sa nourriture. De.puis 1947, une espèce plus petite est apparue, c’est le Merle de Sainte-Lucie, véritable parasite qui utilise le nid des Didines et Carouges qu’il vide de son contenu pour y pondre ses œufs. Quel dommage pour les Carouges qui ont la flatteuse réputation de signaler la présence dans les arbres du dangereux Trigonocéphale !
Les Tourterelles et Ortolans si recherchés par les chasseurs recommencent à égayer nos Poiriers depuis qu’une réglementation spécifique a été mise en place pour les protéger. La Perdrix Rouge existe encore mais ne se rencontre plus guère que dans les forêts de Guinée et de Massy.

Euplecte rouge à Rivière-Salée - Martinique - © photo Pierre Courtinard
Euplecte rouge à Rivière-Salée – Martinique – © photo Pierre Courtinard

 

Chaque année, à la période de la migration, les marais et la mangrove se peuplent d’Echassiers de toutes tailles, depuis le minuscule Ricuit que l’on retrouve parfois solitaire au bord des cours d’eau, jusqu’au Grand Crabier en passant par les Pattes Jaunes, Chevaliers Pieds Verts, Ailes Blanches, Becs Crochues, Clins, Bécassines, Grives au long bec auxquels viennent se joindre Sarcelles, Pluviers, Poules Vergennes.
Depuis quelques années, une espèce de Héron, l’Aigrette Blanche appelée aussi Pique-bœufs s’est installée à résidence sur toute l’île et apporte une collaboration précieuse aux éleveurs en participant à la destruction des tiques du bétail.
De temps en temps, la région connaît une invasion provisoire de Canards et de Sarcelles, mais les chasseurs aussitôt alertés ont vite fait de recréer l’équilibre.
Apparemment bien fournie, la faune de Rivière-Salée est en réalité en très nette diminution par rapport à ce qu’elle était, il y a 40 ans.
La chasse intensive, le déboisement, l’utilisation de pesticides ont fortement contribué à cette dégradation et il faut souhaiter qu’un juste équilibre soit trouvé entre les besoins de développement de la région et la sauvegarde de la faune et de son environnement.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Idées découvertes

1848, force abolitionniste. Fresque vivante le 21 mai 2022.

1848, force abolitionniste Sur une mise en scène de M. Hervé Deluge, de l’association « Scènes Populaires de Martinique ». Cette création artistique originale est un regard sur l’histoire, qui s’attache à porter un regard neuf sur les luttes des intellectuels noirs, hommes libres et abolitionnistes. Elle sera jouée par des artistes professionnels de la Compagnie « Île

Lire plus »

Comment lutter contre le moustique ? (guide pratique)

Tout savoir sur les moyens de lutte à votre portée pour éloigner les moustiques de la maison.Nous oublions souvent que les citernes, les dessous de pots, les aquariums … sont des nids potentiels. Tous les conseils sur une seule page pratique : https://pratique.cesecem.mq/gestes-anti-moustiques/

Lire plus »
X