Les oiseaux de Rivière-Salée

Euplecte en parade à Rivière-Salée - Martinique - © photo Pierre Courtinard

Point de passage des oiseaux migrateurs, Rivière-Salée est aussi connue pour la richesse de sa faune sédentaire.
A l’exception de certaines espèces très spécifiques du Nord de l’île, comme le siffleur des montagnes, toutes les autres se retrouvent dans les petites plaines ou les hauteurs boisées de la commune.

Le plus petit de nos oiseaux est le Colibri qui est le seul à pouvoir butiner sur place.

Nid de Colibri à Rivière-Salée - © photo Pierre Courtinard
Nid de Colibri à Rivière-Salée – © photo Pierre Courtinard

 

Oeufs Colibri à Rivière-Salée - © photo Pierre Courtinard
Oeufs Colibri à Rivière-Salée – © photo Pierre Courtinard

 

Colibri huppé - Rivière-Salée - Martinique © photo Pierre Courtinard
Colibri huppé © photo Pierre Courtinard

 

Dans la même famille, on trouve le Madère ou folle rouge, les folles vertes et les têtes bleues.

Très proche des Colibris sont les sucriers qui se distinguent par leur plumage jaune et noir, mais qui se nourrissent de la même manière sans pour autant en imiter le vol.

Les Pipiris ou grives d’hivernage, les Gros becs, les cicis, les moissons et autres grives moqueuses, se rencontrent dans nos savanes où l’on trouve en abondance insectes et graines arbustives.

Plus rare le gangan dont le chant fait aussitôt penser à la pluie.
Ne dit-on pas que ce parasite qui pond dans les nids abandonnés ne se désaltère que sur les feuilles des arbres après une forte averse ?

Le plus connu de tous est sans aucun doute le merle ou françois dont le mâle au plumage noir rappelle le célèbre corbeau. On le rencontre partout et surtout aux abords des lieux d’habitation où il découvre facilement sa nourriture.

Depuis 1947, une espèce plus petite est apparue, c’est le merle de Sainte-Lucie, véritable parasite qui utilise le nid des didines et carouges qu’il vide de son contenu pour y pondre ses œufs. Quel dommage pour les carouges qui ont la flatteuse réputation de signaler la présence dans les arbres du dangereux trigonocéphale !
Les tourterelles et ortolans si recherchés par les chasseurs recommencent à égayer nos poiriers depuis qu’une réglementation spécifique a été mise en place pour les protéger. La perdrix rouge existe encore mais ne se rencontre plus guère que dans les forêts de Guinée et de Massy.

Chaque année, à la période de la migration, les marais et la mangrove se peuplent d’échassiers de toutes tailles, depuis le minuscule ricuit que l’on retrouve parfois solitaire au bord des cours d’eau, jusqu’au grand crabier en passant par les pattes jaunes, chevaliers pieds verts, ailes blanches, becs crochues, clins, bécassines, grives au long bec auxquels viennent se joindre sarcelles, pluviers, poules vergennes.

Depuis quelques années, une espèce de héron, l’aigrette blanche appelée aussi Pique-bœufs s’est installée à résidence sur toute l’île et apporte une collaboration précieuse aux éleveurs en participant à la destruction des tiques du bétail.

De temps en temps, la région connaît une invasion provisoire de canards et de sarcelles, mais les chasseurs aussitôt alertés ont vite fait de les décimer, éloignant les rescapés pour des années d’un pays si peu hospitalier.

Apparemment bien fournie, la faune de Rivière-Salée est en réalité en très nette diminution par rapport à ce qu’elle était, il y a vingt ans. La chasse intensive, le déboisement, l’utilisation de pesticides ont fortement contribué à cette dégradation et il faut souhaiter qu’un juste équilibre soit trouvé entre les besoins de développement de la région et la sauvegarde de la faune et de son environnement.

Euplecte rouge à Rivière-Salée - Martinique - © photo Pierre Courtinard
Euplecte rouge à Rivière-Salée – Martinique – © photo Pierre Courtinard

 

Euplecte en parade à Rivière-Salée - Martinique - © photo Pierre Courtinard
Euplecte en parade à Rivière-Salée – Martinique – © photo Pierre Courtinard

 

Euplecte en vol à Rivière-Salée - Martinique - © photo Pierre Courtinard
Euplecte en vol à Rivière-Salée – Martinique – © photo Pierre Courtinard

 

Euplecte en chasse - Martinique - © photo Pierre Courtinard
Euplecte en chasse © photo Pierre Courtinard

 


A consulter pour mieux connaitre la faune et la flore de Rivière-Salée.

Plaine sucrée, rivière salée - Pierre Courtinard

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Idées découvertes

1848, force abolitionniste. Fresque vivante le 21 mai 2022.

1848, force abolitionniste Sur une mise en scène de M. Hervé Deluge, de l’association « Scènes Populaires de Martinique ». Cette création artistique originale est un regard sur l’histoire, qui s’attache à porter un regard neuf sur les luttes des intellectuels noirs, hommes libres et abolitionnistes. Elle sera jouée par des artistes professionnels de la Compagnie « Île

Lire plus »
X