Portrait : Lucienne Symphor, conseillère municipale, habitante du quartier Lahaut

Je vis mon engagement politique comme j’ai vécu ma carrière d’infirmière, comme je vis mon implication au sein de la paroisse ou bien au Secours catholique : avec le sens du service. Ce qui me vaut à la mairie le surnom de « Soeur Lucienne » !

Comment est né votre engagement politique ?
Ma vocation s’est développée entre l’engagement politique paternel et la nature généreuse et fervente de ma mère.Tout petits nous étions encouragés à partager l’engouement que suscitaient à l’époque le général de Gaulle, et les hommes politiques locaux : «Vive Jojo !», criions-nous à l’arrivée du maire Alphonse Jean-Joseph aux réunions que mon père organisait à domicile. Du côté de ma mère, fervente chrétienne, toujours douce et bonne, j’ai appris l’esprit de service qui se manifestait auprès des enfants du voisinage.
Lorsqu’il a fallu choisir un métier, c’est celui d’infirmière que j’ai choisi, certainement influencée par ce que me rapportait ma mère de l’hôpital où elle se rendait parfois.
Toute ma vie, je l’ai vécue comme un sacerdoce, une réponse à un appel.
C’est ainsi que j’ai conquis mon indépendance pas à pas, de la maison familiale de Lahaut, à mon premier studio à Fort-de-France, en passant par le permis de conduire… A chaque fois, j’ai dû tenir tête à mon père qui n’approuvait pas toujours ces choix.Un jour,André Lesueur, ami de la famille, m’a demandé de rejoindre son équipe.J’ai cette fois encore répondu à l’appel; et lorsque je l’ai appris à mon père, il a souri !

Quelle place prend aujourd’hui cet engagement dans votre vie ?
Aujourd’hui, je suis membre de la commission sociale et de la commission environnement. Je vis mon engagement politique comme j’ai vécu ma carrière d’infirmière, comme je vis mon implication au sein de la paroisse ou bien au Secours catholique : avec le sens du service. Ce qui me vaut à la mairie le surnom de « Sœur Lucienne » !
Pour moi, ces différents engagements sont complémentaires. J’aime les gens, et je me retrouve bien dans la politique de proximité voulue par le maire.
A travers les visites régulières aux administrés, et grâce à mon action en tant que chrétienne, je suis mieux à même de connaître les besoins de la population.

Comment définiriez-vous votre fonction d’élue de quartier ?
Nous sommes quatre élus dans le quartier Lahaut ; nous visitons ensemble les administrés, lors des campagnes bien sûr, et le plus régulièrement possible.
Avant d’être élus du quartier, nous le sommes pour la commune dans son ensemble, et amenés en cela à intervenir ou interpeller le maire quelle que soit la problématique constatée.
En ce qui concerne Lahaut, en tant que native du quartier, j’appartiens à cette grande famille dont les membres entretiennent naturellement des liens très proches.
Je me montre particulièrement attentive aux plus âgés que je tâche d’aller voir souvent, à des moments qui leur conviennent.
Ce sont les nouveaux arrivants qu’il s’agit de repérer et d’intégrer, car ils constituent la nouvelle génération d’administrés.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Octobre, 2022

Pas d'événement prévu

X